L'exception tunisienne

1281347132.jpg
CO / N°97, hiver 2010
Il n’y a pas de situation qui ne soit perfectible. La Tunisie dispose d’un régime fort et n’est point à l’abri de la corruption. On pourrait appliquer ce jugement à 95 % des pays de la planète. Même nos pays dits démocratiques, sont-ils à l’abri de ces deux tares ? L’avantage est sans doute que nos médias, par leurs investigations, arrivent à dénoncer ce genre de pratiques. Néanmoins, même nos médias qui mettent en exergue les manquements à la démocratie et à l’éthique dans les affaires, n’ignorent point les excès et ne publient pas, ou rarement, les décisions de non lieu intervenues en justice.
  • L’éditorial d’Antoine Sfeir
  • Introduction, par Jean-François Coustillière
  • Pourquoi les Tunisiens votent-ils Ben Ali ?, par Antoine Sfeir
  • Une politique de sécurité musclée mais préventive, par Khattar Abou Diab
  • La classe moyenne, pilier du régime, par Samir Sobh
  • La Tunisienne, une citoyenne comme un autre, par Antoine Sfeir
  • Développement durable, un bilan provisoire, par Matthieu Saab
  • La Tunisie face à la crise : anticipations et réformes, par Samir Sobh
  • La Tunisie, carte aux trésors archéologiques, par Christine Darmagnac
  • Kairouan, un islam des Lumières, par Isabelle Safa
  • Un certain regard, par Wicem Souissi
  • Également dans ce numéro
    1948-2008 : Les cinéastes israéliens scrutent leur société, par Sabine Salhab
  • Le voyage en Orient de Gérard de Nerval, par Colette Juilliard Beaudan



Prix : 18 €
◄ Revenir à la liste